Entrada destacada

Libre

martes, 22 de abril de 2008

San Juan

Vante l’ore et li raim crollent,
ki s’antraimment soweif dorment.
(Anónimo)

Sopla el viento, crujen las ramas
desnudo entre las sábanas
busco a quien me ama.
Un corazón que late,
piel que franca se ofrece,
aliento compartido,
ojos, pechos y labios,
muslos blancos y blancas manos,
Un sueño en carne transformado,
grávido, bello, cálido.
Un temblor siento al comprobar
que lo que rozo es real,
que esta cálida humedad
es de quien conmigo está,
que los dos somos el centro
de este mundo de verdad.

Duermen tranquilos quienes se aman,
y vencidos descansan.
Dos ríos que se encuentran
y juntan su caudal,
dos árboles que crecen
y con sus ramas tejen
junto al cielo un hogar,
dos fuegos que nos dan calor
cuando llega la oscuridad;
dos luces encendidas
que un único fulgor
con sus llamas quieren crear.
Así vivo el amor
que un domingo al azar
¡quién lo iba a imaginar!
el Sol me regaló.

Sopla el viento, crujen las ramas,
duermen tranquilos quienes se aman.

3 comentarios:

Gracia dijo...

Gaie et Oriour

Lou samedi a soir fat la semainne,
Gaiete et Oriour, seeurs germainnes,
main et main vont bagnier a la fontainne.
Vante l'ore et li raim crollent:
ki s'antraimment souef dorment.

L'anfes Gerairs revient de la cuitainne
S'ait chosit Gaiete sor la fontainne,
antre ces bras l'ait pris, souef l'a strainte.
Vante l'ore et li raim crollent:
ki s'antraimment souef dorment.

«Quant auras, Oriour, de l'ague prise,
reva toi an arriere, bien seis la ville:
Je remainrai Gerairt, ke bien me priset;
Vante l'ore et li raim crollent:
ki s'antraimment souef dorment.

Or s'an vat Oriour teinte et marrie;
Des yeuls s'en vat plorant, de cuer sospire,
cant Gaiete sa seeur n'anmoinnet mie.
Vante l'ore et li raim crollent,
ki s'antraimment souef dorment.

«Laise», fait Oriour, «com mar fui nee
J'ai laxiet ma seeur an la vallee.
l'anfes Gerairs l'anmoine an sa contree.»
Vante l'ore et li raim crollent:
ki s'antraimment souef dorment.

L'anfes Gerairs et Gaie s'an sont torneit,
Lor droit chemin ont pris vers la citeit:
Tantost com il i vint, l'ait espouseit.
Vante l'ore et li raim crollent:
ki s'antraimment souef dorment.

Besitos

Gracia dijo...

Te lo paso en francés que tb está bien

Samedi au soir finit la semaine
Chanson que les femmes chantaient en tissant ou brodant.

Voici ma traduction (j'ai changé le rythme). L'original est après.

Samedi au soir finit la semaine.
Gaieté et Oriour, les deux soeurs germaines,
La main dans la main, vont à la fontaine.
Que la branche ploie quand souffle le vent,
Ceux qui sont amants dorment doucement.

Le jeune Gérard, après la quintaine
Remarquant Gaieté près de la fontaine
La prend dans ses bras, doucement l'emmène.
Que la branche ploie quand souffle le vent,
Ceux qui sont amants dorment doucement.

- Quand tu trouveras que ton seau est plein
Reviens-t-en Oriour, tu sais le chemin;
Je suivrai Gérard car il m'aime bien.
Que la branche ploie quand souffle le vent,
Ceux qui sont amants dorment doucement.

Oriour s'en revient pleine de douleur,
Pleurant de ses yeux, soupirant du coeur :
Gaieté est perdue et c'était sa soeur.
Que la branche ploie quand souffle le vent,
Ceux qui sont amants dorment doucement.

- Hélas, dit Oriour, bien mal je suis née !
J'ai laissé ma soeur dans cette vallée,
Le jeune Gérard va la ramener.
Que la branche ploie quand souffle le vent,
Ceux qui sont amants dorment doucement.

Gérard et Gaieté s'en sont retournés,
Ont pris le chemin droit vers la cité.
Sitôt arrivés, il l'a épousé.
Que la branche ploie quand souffle le vent,
Ceux qui sont amants dorment doucement.


Besos

Rafael dijo...

¡Fantástico! ¿Por qué no nos animamos a traducirlo?